Manifeste pour l'amélioration de nos politiques périnatales

Dernière mise à jour : 3 janv. 2021

En tant que sage-femme ayant exercé dans différents pays européens, voici mes réflexions et propositions pour de meilleures conditions d'accouchement en Europe.

Pour un changement du modèle médical périnatal en Europe


Nous ne devons pas attendre que ce changement vienne des politiques mais de nous, la société, hommes, femmes. Afin d’améliorer l’organisation des soins périnataux, il faudra de l’argent et l’aide politique sera indispensable par la suite.

Ce modèle permettrait de répondre aux besoins des femmes, d’optimiser la prise en charge des familles, de réduire les coûts des caisses d’assurance maladie sur du long terme, d’améliorer le salaire et les conditions de travail des soignants.


Ce changement se démontrerait par :

~ la différenciation des grossesses à bas et haut risque dans le suivi pré, per et postnatal. Toutes les femmes devraient faire réaliser le suivi prénatal par la sage-femme qui est spécialiste de la physiologie.

Lorsque la sage-femme détecte une pathologie, la femme devra rencontrer le gynécologue mais continuera de voir la sage-femme pour la préparation de la naissance avec le père, le soutien émotionnel et le soin lié aux maux de grossesse si la femme a des plaintes.

~ des alternatives à l’accouchement à l’hôpital doivent être proposés :

L’accouchement à domicile doit se développer. L’idéal serait que deux sages-femmes soient présentes au moment de la naissance. Comme le modèle hollandais, la naissance à la maison est non médicalisée mais assurée en toute sécurité. Si besoin, la sage-femme a dans sa petite ambulance tout le matériel de réanimation néonatale, les médicaments d’urgence et la possibilité de transférer.


* Les maisons de naissance doivent être développées, des maisons accolées à un hôpital ou non.

* Le développement de plateaux techniques. C’est à dire que la sage-femme propose un accompagnement global, pré, per et postnatal. La sage-femme a un contrat avec un hôpital et accompagne les femmes qu’elle a suivi en libéral en prénatal au moment de la naissance dans un hôpital.

* Davantages de salles natures dans les hôpitaux.

* Des salles classiques pour le suivi médicalisé de l’accouchement en cas de pathologie.

Ces différents lieux de naissance laissent le choix à la femme et aussi à la sage-femme d’accompagner la naissance de manière sécurisé.

~ La formation des sages-femmes devrait se centrer sur la physiologie. L’étudiant(e) sage-femme devrait dans son cursus pouvoir suivre des sages-femmes travaillant accompagnant des accouchements à la maison, devrait pouvoir aller en maison de naissances. L’étudiant(e) devrait être dans un environnement bienveillant afin de développer son empathie. Des groupes de paroles, des jeux de rôles devraient être proposés...

~ Former davantage de sages-femmes et leur proposer un contrat salarié afin d’assurer au moment de l’accouchement une prise en charge d’une femme par une sage-femme. Les horaires doivent être organisés différemment. On ne peut pas exiger du personnel de santé un travail à temps plein sans prendre en compte la fatigabilité du changement de gardes permanent (horaires 3x8 ou 2x12).



''Soigner les prémisses de la vie pour une meilleure société de demain''.

La femme et le couple se sentent écoutés et respectés. La femme développe une meilleure relation à la grossesse, accouche de manière sécurisée, repectueuse et douce, l’enfant est accueilli avec respect, chaleur et empathie, le lien d’attachement en sera renforcé, l’enfant à grandir sera mieux dans sa peau et deviendra un adulte plus responsable, équilibré et en accord avec ses émotions.


Vous adhérez ?

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout