La clé pour être une mère parfaite

Répondre aux besoins de votre bébé de manière appropriée - ou non - va conditionner son estime de lui-même, son développement et ses relations aux autres, toute sa vie durant. Rien que cela ! Vous avez la pression ? Nous aussi. A tort ou à raison ?



L’attachement parent-enfant, une question de survie


Pour sa survie même, le bébé a besoin d'adultes qui répondent à ses besoins de manière appropriée. Le bébé exprime ses besoins par les pleurs, entre autres signes qu’il a faim, qu’il est fatigué, qu’il a éliminé et doit être changé.


La confiance dans l’être humain qui s’occupe de lui à répondre à ses besoins construit chez le bébé un attachement ‘’sécure’’. En revanche, si le bébé doit développer des stratégies pour que ses besoins soient satisfaits, il développera un attachement dit ‘’insécure’’.


Cette sécurité affective se construit durant les 1000 premiers jours de l’enfant et ses conséquences à l’âge adulte se font ressentir dans tous les aspects de la vie. Cependant, les épreuves de l’âge adulte pourront aussi le fragiliser et l’attachement 100% garanti sécure n’existe tout bonnement pas.


La pression de la perfection


Pour notre génération de parents ployant déjà sous la mise en demeure d’éducation positive, de 5 fruits et légumes – bio- par jours, de développement optimal des facultés physiques et cognitives de l’enfant sans gluten, sans lactose et sans écrans, voici donc une injonction supplémentaire ?


Notre société qui a fort heureusement développé dans les toutes dernières décennies un souci de plus en plus grand pour l’enfance et ses droits (la Convention relative aux droits de l'enfant ne date que de 1989) met les parents - et particulièrement les mères - sous le joug de consignes et de prescriptions inégalées dans l’histoire.


Cependant, l'attachement sécure représente un but à atteindre, et non une injonction. Nous sommes faillibles : nous avons tous nos limites. Une mère parfaite ? Winnicott, le psychologue à l’origine du concept d’attachement, lui préfère l’expression de ‘’mère suffisamment bonne’’. Car seule une mère imparfaite pourra montrer à son enfant comment apprendre de ses erreurs, et comment faire face à ses propres limites comme aux imperfection de notre monde.


Pour être une mère parfaite… il faut être imparfaite, en deux mots ‘’humaine’’ et ‘’vivante’’. C’est l’un des messages passionnants d’Estelle Mackowiak, psychologue et spécialiste du lien d'attachement nous livre dans cet épisode de podcast :




14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout